Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salut tout le monde !

C’est Manu qui vous parle en direct du chili pour vous faire découvrir en live un groupe tout frais sorti du 19ème arrondissement de Paris ! Ils sont chaud pour vous compter leurs aventures extra-territoriales ! Ne zappez pas dans quelques instants vous aurez l’occasion inédite de vivre leurs expériences fabuleuses, terrifiantes et dé coiffantes en notre compagnie ! A touti les zamis !

Bon après cet interlude digne d’une émission narrant les plus grands tubes des années passées sur une chaine de la TNT française nous allons pouvoir commencer notre récit.

Star Trek : Into patagonia (Part2)

Résumé des épisodes précédents : On vient de partir de l’Argentine pour aller en direction de Torres Del Paine accompagné de notre nouvelle recrue : Julie. On nous avait prévenu de quelques astuces pour la douane Chilienne (et oui ça faisait longtemps que je n’avais pas passé de douane terrestre, merci à l’union européenne pour cela en passant) comme ne pas emmener de fruit ou tout autre végétal ou graine. Certain s’étant déjà chopé des prunes pour de tels agissements (noté le jeu de mot sur les prunes en passant …) On a donc eu le droit a un stop a la douane Argentine et un autre à la douane Chilienne avec le traditionnel lot de papier à remplir : où on va, notre nom, notre numéro de passeport … Une fois ces formalités et quelques heures de bus passées on arrive enfin à Puerto Natales, la ville d’où partent tous les trekkeurs voulant faire le W. Le W est un circuit assez connu de Patagonie, il se résume en plusieurs jours de marche avec montagnes, glaciers et les fameuses Torres à la clé (3 montagnes érigées en pointes saillantes qui pourfendent le ciel du haut de leur 1500m de hauteur) Par contre le parc national qui l’entoure a été ravagé par un feu d’origine humaine 2 ans avant. En tout, 16000 hectares sont partis en fumé. Ca n’entachera en rien notre envie de parcourir ces terres froides du sud du globe terrestre.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Nous voilâmes parti de la gare routière à la recherche d’un hostel ou autre logement pas cher. On tombera après 15 minutes de marche sur la guest house Niko’s Adventure tenu par Gladys, jeune ménagère d’environ 60 ans. L’endroit est accueillant car chaud par rapport au froid glacial que souffle le vent assez fréquent dans cette région. La chambre est à 8000 pesos chilien par personne ce qui nous semble honnête. Allez on y reste ! (cela fait maintenant quelques temps que nous parcourons le chili maintenant et je peux vous affirmer que 8000 pesos une chambre par personne ce n’est vraiment pas cher. On a même trouvé des campings plus cher que cela autour de Santiago …) Bon après quelques minutes le temps de poser les sacs on se rendra vite compte que l’endroit est une sorte de préfabriqué annexé à une maison principale faite de bois et de tôles. Je ne donne pas 5 ans à cet endroit avant de tomber en ruine vu l’humidité et le froid qui règne dehors, mais cela nous a suffit pour nos corps avides de partir à la rencontre des montagnes. L’eau était de plus très chaude dans la douche et la possibilité de faire laver ses affaires en une demi-journée était une excellente opportunité pour nous tour-du-mondiste. Avec le recul Gladys et son amabilité (car oui elle était très gentille) nous manque un peu maintenant que nous avons rejoints Santiago et ses alentours.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

Poussé par Julie, on décide de partir le lendemain matin pour le fameux W : Julie s’occupe de prendre les billets de bus et nous, ben on essaye de prendre des billets d’avions pour Santiago afin de prévoir un peu nos déplacements. On va louer des duvets avec Aude (et oui les nôtres ne sont décidément pas assez chaud) un bruleur pour brancher sur notre bouteille de gaz. On fait également les courses pour les 4 jours de trek pour nous 3 à base de thon-mayo (merci Alexandre et Estelle rencontrés à El Chalten pour ce tuyau) pates et autres soupes déshydratées. On est fin prêt. On se fera quand même un dernier resto avant ces prochains jours de disette culinaire.

JOUR 1 :

On se lève en catastrophe, mon téléphone qui fait également réveil nous aura joué un tour. Pour une raison indéterminée encore il affichera 2 heures différentes sur le même écran … bref on est ultra speed pour ne pas raté le dernier vrai petit dej avant le trek. On sera quand même à l’heure avec nos sacs à dos qui semblent bien plus chargés que pour le Fitz Roy (ce qui est logique) Allé on embarque pour Torres Del Paine. On aura le droit à un bus qui nous amenera à l’entrée du parc national pour payer l’entrée (et oui petit touriste, tu dois payer !) ensuite un autre bus (celui là gratuit) nous emmènera au pied d’un lac où nous attend un bateau qui amène au début des pistes de randonnées. Bon le bateau c’était 27$ US par personne (allé petit touriste, paye encore !)

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

Arrivé, on décide de manger notre repas du midi (il est déjà 13h) avant de partir pour 4h de marche et 11km, chargé comme des mules (je m’attendais pas à ce que mon sac me pèse autant).

On remarquera vite les arbres morts et calcinés le long de la route. Effectivement le feu a causé des ravages et la nature a du mal à reprendre ses droits mais de nombreux indices nous montrent que c’est en cours (bourgeons sur les branches de certains arbres semblant morts par exemple). Le chemin est fait de petites mais nombreuses montées qui auront le dont de nous achevées tout au long du chemin. Julie elle est à son aise, ce n’est pas son 1er trek, elle court 3 fois par semaines et avance avec une cadence bien supérieure à la notre.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Après la première grande côte, on tombera sur le premier lac parsemé de petits icebergs. La vue est assez magique d’autant plus que de l’autre côté du chemin une montagne menaçante, envoutante et ceinturée de nuages nous surplombe. Ok, on n’est pas là pour rien J On suivra ce lac pendant longtemps et le chemin se complique (des arbres couchées coupent la route de temps en temps, de quoi faire un peu d’évitement avec nos packtages sur le dos) Par contre on a aussi le vent bien de face. On se fait bousculer dans tous les sens et avec les sacs c’est pas de la tarte ! Je me méfie afin de ne pas me tordre de cheville dû à l’appréhension du début. Au bout de 3h de marche la fatigue s’installe et la sac me lacère le dos de plus en plus. Heureusement, notre « sensei treker» Julie avait prévu les petits plaisirs à se partager sur la route : et c’est parti pour un carré de chocolat pour se remonter le moral. On ne connaissait pas mais c’est très efficace de se prendre un truc qu’on aime pour grignoter sur la route (arigato sensei Julie)

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

C’est claqué qu’on arrive au campement où Julie ira piquer une pointe devant nous pour soulager son esprit dans la chapelle du coin. On s’installe tranquillement en essayant de trouver un endroit à l’abri du vent. Chose faite, on se pose dans les abris pour se faire à manger (et oui la popote sauvage est interdite ici depuis le fameux incendie). On y rencontrera 2 français, Alban et Maeva qui nous conseillent d’aller voir le glacier … y’a un glacier ici ? OK y’en a pour 15 minutes de marche. Et effectivement, il y avait bien un glacier juste à côté du campement et quel glacier ! Il est assez gigantesque même s’il est moins proche de notre point de vue que l’était le Perito Moreno cela n’enlève rien à sa superbe. Bon il va faire nuit, on se rentre avant qu’on ne voit plus rien, on discute et sympathisons encore avec les français avant le dodo dans nos duvets respectif.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

JOUR 2

Après un petit déjeuner frugal ma foi, nous voici repartis pour la suite de notre périple. On doit rebrousser chemin sur la même piste que la veille, revenir à notre point de départ et faire 7,5km de plus vers l’est. Bon, chose agréable, le temps est meilleur que la veille : le vent s’est arrêté et le ciel est dégagé. Ca nous aura permis de voir le lac et le glacier sous un autre angle : en fait il est gigantesque ce glacier ! Les nuages d’hier nous cachaient sa superficie démentielle et ça nous aura permis de bien apprécier le voyage retour malgré l’impression de déjà vu.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Revenu à notre point de départ, on se met à manger un peu fatigué des cuisses faut l’admettre. Le soleil est bien là, il fait chaud et le vent nous laisse tranquille la plupart du temps. Quel bonheur. On recroise Alban et Maeva qui en fait font le même parcours que nous. Ils repartent avant, nous on se repose un peu plus car on a pas l’habitude.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Aller c’est parti pour les 7,5 derniers km de la journée. Il est prévu 3h ça doit donc être assez plat (selon la carte on longe un lac, ça évite les montées abruptes) Bon cette partie là a été très exposée à l’incendie. C’est un paysage assez désertique juxtaposant des lagunes bleues et vertes que nous croiserons le long du chemin. Il fait tellement chaud que nous nous mettons en T-Shirt. Nous croiserons à un moment une forêt pétrifiée. On dirait que le temps s’est arrêté sur ces arbres touchés par l’incendie. Ils sont tout blanc, leur écorce n’est plus mais ces derniers ne pourrissent pas … la vie reprends ses droits, de petits bourgeons sont en train de pousser J

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

Bon c’est pas tout ça mais c’est la 1ère journée où on fait autant de marche avec nos sacs sur le dos et ça commence à se faire sentir. Sensei Julie est partie seule devant et on ne la reverra qu’au campement. Aude et moi, on pédale franchement dans la semoule. On arrive dans des bois, paysages que je trouve beaucoup plus sympathiques que ce que nous avions vu avant, puis enfin le campement. On en a un peu plein le dos et les jambes.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

On retrouve Julie, Alban et Maeva. On installe notre tente puis on se prépare à manger car on est mort de faim. Entre temps Julie aura fait un petit tour de reconnaissance plus haut dans la montagne. C’est une partie du chemin qu’on devrait faire le lendemain mais là on est trop mort avec Aude pour la suivre. Allé, on fait notre platrée de pate on papote avec nos convives et direction la tente (il doit être 20h, c’est un signe : on est cuit !)

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)
Star Trek : Into patagonia (Part2)

JOUR 3

La journée commence mal car Aude a le dos qui vient de se bloquer avant qu’on parte. On doit laisser nos affaires au campement pour monter en direction d’un glacier qui se trouve dans le coin. En tout 11km aller/retour pour 5h de marche mais là pour Aude c’est mission impossible. On lui file des médocs et pendant quelle se repose, on part avec Julie : que c’est agréable de monter une piste sans sac sur le dos. Je me prends pour un vrai petit écureuil. Par contre le temps n’est pas à la fête, c’est très couvert et des rafales de vents pointent le bout de leur nez et plus on monte avec Julie pire c’est. Arrivé à un certain point il est pratiquement impossible d’avancer le vent nous repousse et ça devient dangereux. De toute façon la vue est vraiment bouchée, bon allé on redescend, tant pis. En chemin, il se met à pluvioter : on a bien fait de rentrer.

Arrivé au campement on retrouve Aude qui va mieux mais la pluie s’intensifie, on décide de ranger les tentes avant que ce ne soit trop mouiller (bon elles seront quand même bien humide). Et on a bien fait car une fois nos packtages fini c’est de la grosse pluie avec du gros vent. On se réfugie avec nos sacs sous la cahute qui sert de cuisine. On remarque qu’une tente s’est fait souffler et que les sacs de ses occupants sont dehors sous la pluie. Personne ne s’en occupe, on essaye donc de sauver autant que possible leurs affaires pendant leur absence (ils nous en seront très reconnaissant par la suite). Bon la pluie ne s’arrête pas et la température a fortement chutée. Malgré toutes nos couches, on a froid (la météo prévoyait -2° en journée, impossible de vérifier mais ça m’étonnerait pas). Bon on ne sait pas trop quoi faire. En se faisant à manger on établi un plan de bataille avec Aude et Julie : la météo prévoyait de la pluie effectivement, mais on pensait pas que ce serait autant, Aude a le dos en vrac et il nous reste de nombreuses heures de marche pour aller voir les Torres … on décide de rebrousser chemin et de revenir au bateau pour repartir le lendemain, dommage on ne verra pas les Torres (on apprendra plus tard que certains on fait le W 8 fois pour apercevoir les fameuse Torres … le temps est apparemment très capricieux dans cette région. On en sera de fait un peu moins déçu). Pendant qu’on s’occupe de décider de notre agenda, on voit un mec replier sa tente sous la pluie battante : il est trempé et sa tente ressemble à un ama de boue. On a bien fait de faire ça plus tôt en fait. La pluie réduit en intensité. Bon, on se partage la plupart des affaires de Aude avec Julie pour qu’elle porte le moins de chose et on part.

Notre seul petit abris anti pluie du campement ... on était pas seul

Notre seul petit abris anti pluie du campement ... on était pas seul

Ce fut le trajet le plus long et le plus dur qu’on ait fait. Ce ne fut pas vraiment très long en terme de temps mais ça nous a parut interminable. Le vent s’est mit à souffler très, très, TRES fort (on a vu après 100km/h), on se faisait bringballer dans tous les sens des fois mêmes en sens inverse car le vent était trop fort. La pluie s’est remise de plus belle et avec le vent, elle s’est mise à arriver de côté. Malgré la marche et nos vêtements techniques, on a pas eu vraiment chaud. La vue du chemin s’est limité à la vue qu’autorisait notre capuche sur nos pieds. Et au bout d’un moment, on a tous eu les pieds trempés. Pourtant nos chaussures GoreTex étaient censées nous protéger mais ça n’a pas suffit. Aude qui n’avait pas de pantalon waterproof avait les jambes quelques peu humides et pour moi la pluie s’est infiltrée par les fermetures éclaires de mon pantalon de pluie (putain de vent de côté !). On est arrivé à destination trempé jusqu’aux os mais entier.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Notre périple n’était pourtant pas encore fini. Le vent soufflait tellement fort qu’on s’est demandé si nos tentes allaient tenir le coup. Un couple anglais s’est posé la même question et a fait l’expérience de sortir leur tente. Résultat : les arceaux ont cassé. Bon, on a les pieds trempés et qu’une seule paire de pompe, aucune envie de casser notre tente, il faut qu’on aille dormir au refuge. 50$ US par personne pour une chambre non chauffée, sans lumière et sans draps ! (allé petit touriste, allonge le fric) On s’est vraiment fait exploité sur ce coup mais on avait pas le choix si on ne voulait pas attraper une pneumonie fulgurante à cause de nos chaussures trempées.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Petite interlude : pompe à fric dans le sud des amériques :

Nous avons pu constater en Argentine mais aussi dans la zone patagonienne du Chili que les prix pour les attractions touristiques sont quelques peu exagérés surtout lorsque l’on connait le niveau de vie des pays su-cités. En fouillant un peu plus on se rend compte qu’en fait ce ne sont des prix qui ne sont appliqués qu’aux étrangers. La différence va de 50% de surplus à 2 ou 3 fois le prix de base. Au début on pense que ce n’est que les entrées des parcs nationaux mais en fait ça s’applique pratiquement à tout sauf la nourriture. Les prix en deviennent quelques fois plus cher qu’en France (ou à tarif équivalent). Les 2 gouvernements profitent donc bien du tourisme qui s’ouvre depuis la sortie de leur dictatures respectives ainsi que de leurs crises politiques/financière et on a un peu l’impression d’être un porte monnaie sur pattes à certains moments. Ce qui m’effarouche le plus c’est d’annoncer des tarifs différents pour les résidents et non résidents sur les panneaux officiels des installations gouvernementales, je n’avais vu ça qu’à Madagascar jusque là (dans les autres pays que j’ai visité ça doit être implicite) et il n’y a aucune comparaison possible entre l’économie de ces 3 pays …

Fin de la petite interlude

Star Trek : Into patagonia (Part2)

Cette dernière soirée au W nous aura malgré tout couté cher mais nous avons essayé d’en profiter autant que possible avec Julie (qui nous aura fait les plus beau hidden-tuna-sandwich ever ! Pour ceux qui n’étaient pas là en fait nous n’avions pas le droit de manger dans le refuge, il fallait ressortir dehors et accéder à la « cuisine pour tous » et autant dire qu’avec les chaussures mouillées et le temps qui ne changeait pas vraiment ben on a préparer de jolis sandwichs au thon dans la pénombre de la chambre. Merci encore Julie) Nous avons bu 2 canettes de bière chacun en discutant avec des français rencontrés sur place qui eux faisaient leur lune de miel en amérique du sud. Autant dire que ces 2 bières auront eu raison de notre sobriété vu notre état de fatigue important. Nous finirons prêt du poil et des montagnes de chaussures séchant au gré de la combustion du bois en partageant avec nos compatriotes trekkeurs les mélanges olfactifs de pieds. Souvenirs agréable malgré les apparences.

En fait malgré notre mésaventure de la journée il régnait une certaine fraternité du trekkeurs mal en point, tout le monde partageait facilement et l’ambiance était plutôt agréable malgré la très désagréable impression d’avoir quelque chose de coincé au tréfonds de nos arrières trains.

Star Trek : Into patagonia (Part2)

JOUR 4

Le matin fut assez long, les chaussures n’avaient pas complètement séchées et le bateau que l’on devait prendre partait à 12h30. Autant vous dire qu’on est resté le plus possible dans l’hôtel. Le retour en bateau fût assez drôle car nous n’étions que 5 à l’aller et nous voici une petite 40aine au retour. Et cette fois grâce à Aude nous auront le droit à une ristourne sur le prix du billet (nous n’avons payer que le tarif « two way » qui n’est pas le même que le prix de tickets « one way » … aller petit touriste à force tu ne dois même plus la sentir passer.

Star Trek : Into patagonia (Part2)

Bref on était assez heureux de retrouvé notre petite chambre chez Gladys. Julie avait eu une bonne idée : il y a un SPA en ville, on va s’y détendre ! On prends tout ce qu’il nous faut pour rendre les duvets loués et faire trempette, mais … et oui il y a toujours un mais, nous avions oublié le plan avec l’adresse du SPA. On a tourné sous la pluie assez longtemps et après quelques recherches nous avons laissé tombé (on s’ait rendu compte en rentrant que nous étions passé devant) et le chemin était trop long pour refaire une nouvelle mission. Nous rentrerons célébré avec Aude et Julie notre aventure en terre patagonienne à coup de bière et de vin en finissant par un repas concocté par notre hote : Gladys ! Qui nous a fait la seule milanesa bonne que nous aillons pu manger jusque là.

Star Trek : Into patagonia (Part2)

Le lendemain nous quitterons Gladys pour aller à l’aéroport de Punta Arenas direction Santiago pour nous et Puerto Mont pour Julie (c’est le même vol mais Julie devra sauter en parachute au milieu du trajet pour rejoindre ensuite à la nage les berges marécageuses de la ville en proie à une épidémie de peste bubonique … nous n’avons plus de nouvelles depuis d’ailleurs, Julie si tu nous lis réponds nous avec ce qui te reste de membres valide) Nous y rerencontrerons le couple de français Alexandre et Estelle ainsi que leurs enfants Louise et Georges. Ils prennent le même vol que nous et vont à Santiago. Amusant et qui plus est ce n’était pas fini, nous les rerencontrerons par la suite mais ceci est une autre histoire.

Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)Star Trek : Into patagonia (Part2)

Fin de l’aventure Patagonienne et de notre bout de chemin avec Julie la lilloise (que nous saluons au passage). Le reste du Chili dans nos prochaines aventures.

Désolé pour ceux qui se sont fait RickRoller avec l'ancienne vidéo (et oui on n'avait pas d'internet assez rapide à ce moment là) voici la vraie vidéo 

Tag(s) : #Chili