Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici donc arrivé ce jour sacré qu’est le départ pour l’île de pâques. Cette île mystérieuse où des géants de pierre vous observent. A nous maintenant de percer les secrets des Rapa Nui et des Moai (Rapa Nui est l’ethnie qui habitait l’île et Moai est le nom donné à ces fameuses statues de pierre qu’ils ont érigés)

 Isla de Pascua

On part vers 7h du matin avec les suissesses que nous avons rencontré à l’hôtel et qui prennent le même vol que nous : Manue et Mélanie. Arrivés à l’aéroport, on comprend que nous sommes tous sur des sièges distincts donc on passera le vol chacun de notre côté éparpillés dans l’avion. Bon tant pis. On profitera de l’attente avant l’embarquement pour connaitre un peu plus Manue et Mel. Fouille de sac, embarquement et décollage ! La vue depuis l’avion au décollage de Santiago est assez bluffante : on a le droit à l’océan pacifique d’un côté et les Andes de l’autre. Plutôt sympa.

L’arrivée sur l’ile amène déjà son lot de curiosité car à l’atterrissage tout le monde essaye de regarder par le hublot pour observer la topographie du terrain ou peut être pour apercevoir quelques Moai ? On se quitte avec les filles car elles ont une cabana prêt de la plage et nous on est au camping Tipanie Moani plus en hauteur de la ville. Dans la voiture nous y amenant, on fera la charmante connaissance de Mirta qui est venue accueillir son fils à l’aéroport. Nous ferons ensuite rapidement connaissance avec le reste de la famille : le mari Anjil et le fils Claudio. Le courant passe tout de suite entre nous et cette rencontre sera d’ailleurs l’un de nos plus beaux souvenirs sur l’île. Nous leur faisons d’ailleurs un énorme bisou s’ils nous lisent : « Besitos para toda la familia y un abrazo muy GRAAAANDE !! Lo recordamos con mucho cariño »

Après notre installation au camping, on ira faire les courses d’usage car même si nous avons ramené quelques petites choses de Santiago, on est très loin d’avoir tout ce qu’il nous faut. On se rendra vite compte que tout le monde au camping a ramené des sacs entiers de nourriture car sur l’île c’est TRES cher, notamment les légumes et fruits (un oignon nous a coûté 900 pesos, soit 1,20 euros) et les produits de beauté !

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

On essayera d’aller voir notre premier coucher de soleil sur les moai (il y a un endroit en ville où l’on peut l’admirer mais il faut savoir qu’il amasse un grand nombre de touristes). Mais vu les nuages en face, ça ne sera pas pour cette fois ! Une fois rentrés au camping, nous nous installons pour manger et nous entameront la conversation avec nos amis chiliens sont là. Nous resterons un bon moment à faire connaissance et nous échangerons sur les différences entre nos 2 pays. Cette soirée ne fût que la première d’une longue série passée en leur compagnie.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Le lendemain, on rejoint les filles pour aller monter sur le volcan Rano Raraku le plus proche (qui n’est pas en activité, je vous rassure tout de suite). Ca fera un peu plus de 300m de dénivelé sous un climat assez étrange : il pleut les 15 premières minutes, ce qui rafraichit nettement l’atmosphère, puis il se met à faire lourd comme pas deux. Cette alternance couplée au vent nous vaudra de nombreuses séances de « j’enlève mon Gore-Tex … je remets mon Gore-Tex ». Bref il nous faudra une bonne heure pour arriver au niveau du cratère. Et là, WAOUH, quelle récompense après cette marche (et grosse suée) !! Le cratère est recouvert d’une sorte de lac que la pluie à du créer avec le temps. La vue est juste splendide !

 Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

On se dirige ensuite vers le village Orongo : ancien village Rapa Nui qui servait également de base pour la compétition de l’homme oiseau. Alors je sens qu’il va falloir quelques explications, je précise donc que ces prochaines lignes sont copyrighté. En effet nous ne savions pas tout cela avant de rencontrer le lendemain sur l’île, Adeline, une amie que j’ai connue chez Natixis Financement ! Et oui le monde est vraiment petit J. Elle était là avec son mari pour leur lune de miel et avaient prit un guide (au passage si vous venez sur l’ile ça vaut peut être le coup de prendre un guide, une journée, ou l’un de ces nombreux livre expliquant l’histoire et les mystères de l’île).

♪♪♪ Petit interlude « mais qu’est-ce que c’est que la compétition de l’homme oiseau ? » ♪♪♪

Il existait de nombreux villages et donc de nombreuses tribus sur l’île. Pour choisir un chef, elles organisaient une compétition consistant à aller chercher un œuf d’oiseau qui nichait sur une petite île à quelques centaines de mètres au large du village Orongo. Ils utilisaient des paillasses comme surf et devaient faire attention de ne pas mourir en se fracassant sur les rochers ! Le gagnant de cette compétition faisait gagner à son chef le droit de devenir l’homme oiseau et de diriger l’ensemble de l’île (car oui le chef était un ancien et on choisissait donc le plus costaud du village pour participer à la compétition). En échange, le champion avait le droit d’accès à la cave aux vierges pendant 2 mois mais ensuite, il devait se faire enfermer pour ne pas pouvoir s’entrainer et regagner la compétition l’année suivante… On a pas très bien compris l’intérêt d’une telle récompense pour le compétiteur mais bon ...

♪♪♪ Fin du petit interlude « mais qu’est-ce que c’est que la compétition de l’homme oiseau ? » et Merci encore Adeline ! ♪♪♪

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Après la visite du village, on fera le tour du cratère pour manger tranquillement là où il n’y a pas de touristes puis on s’en reviendra en ville. Le tout nous aura pris 6h et nous avons bu BEAUCOUP d’eau. La lourdeur écrasante de l’île est difficile à supporter.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Arrivé en ville on essayera de réserver une voiture à louer pour le lendemain. Chose faite, on y déposera 10 000 pesos de caution pour la réservation de la voiture. Les conditions de location sur l’ile sont assez étranges, pas d’emprunte de carte bleue et pas d’assurance. Si tu casses, tu payes. Ca nous a fait bizarre mais tout le monde le fait alors pourquoi pas nous. On essaiera de nouveau d’ aller voir le coucher de soleil avec les filles mais la masse nuageuse est toujours là. Bon tant pis. Elles nous invitent à boires des bières sur la terrasse de leur cabana. On rentrera quelques heures plus tard fatigué et un peu éméché de cette soirée fort sympathique. On en aura aussi appris un peu plus sur leur pays ce qui donnera presque envie à Aude d’aller vivre en Suisse. Une fois rentré au camping on tombe sur la famille de chilien qui nous propose de venir fêter, avec le propriétaire du camping, un anniversaire (et oui, ils se sont aussi fait pote avec le proprio, sont trop fort ces chiliens !) On est mort et on refuse poliment l’invitation.

Le lendemain direction la location de voiture à 9h du matin avec les suissesses. On déchante assez vite car le 4x4 (et oui ici toutes les voitures ou presque sont des 4x4) est en mauvais état. Les pneus sont défoncés, l’intérieur pas top et le coffre ne s’ouvre pas. C’est la goute d’eau en trop. On refuse le véhicule mais ils n’ont rien d’autre. On annule donc la location et on dit bye bye aux 10 000 pesos de caution (# !!µ*!?#/). La journée commence mal. Bon on va à la prochaine agence, c’est le même prix et le 4x4 est beaucoup plus clean : on prend ! Aller c’est parti pour faire le tour de l’ile et des moai qui jonche le chemin en bord de mer (la plupart de ces derniers se trouvent sur la côte, ils protégeaient les villages des esprits et des ennemis), en tout un peu moins de 50kms nous attendent. Premier stop et premiers moai : un peu déçu car aucun n’est debout et sans le soleil le site c’est un peu triste. On se console en observant la mer se fracasser contre les rochers : joli spectacle.

 Isla de Pascua

On repart … oula pas si vite le pneu arrière droit est tout dégonflé. Et merde on a crevé ! Pas de panique on a une roue de secours. Manue se charge de mettre le crick en place (et oui je n’ai jamais fait ça) et moi je défais la roue de secours à l’arrière du 4x4. Un boulon, 2 boulons, 3 bou… c’est quoi cet écrou ? OK c’est un écrou anti-vol, il y a la place d’y mettre une clé dedans, je prends donc la clef du 4x4 et … ça rentre pas. Et merde 2ème galère. Malgré l’aide de plusieurs passant rien n’y fait le dernier écrou ne s’en va pas. Bon on croise des touristes qui veulent bien amener Aude et Mel en ville car bien évidement les téléphones ne captent pas dans le coin. Je resterai avec Manue à attendre que les filles reviennent avec de l’aide et tel ne fut pas ma surprise de tomber à ce moment précis sur une voiture dans laquelle il y avait Adeline (référence au petit aparté plus haut) le monde est vraiment petit (oui je sais je me répète). Le RDV est prit avec elle et son mari pour qu’on aille boire un verre le soir ensemble. En attendant, les filles sont allées à l’agence de location de la voiture et sont revenues avec un mécano mais sans ses outils ni pneu de secours … c’est encore bien pensé tout ça. Ah bah lui non plus n’arrive pas à enlever le boulot, il va falloir qu’il retourne en ville. Bon au bout de 2 allers retours, il arrive à nous changer le pneu et à nous décoincer le boulon de sécurité à grand coup de marteau. C’était beau à voir tellement la philosophie du « quand ça marche pas, faut taper dessus » à bien fonctionner pour une fois. Allé, on repart pour la visite de l’île, il est midi et nous n’avons fait … que 5km !

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Les différents moai que nous croiserons sur la route sont tous par terre et ne sont pas entretenu. On voit bien qu’ils s’abiment avec le temps et que personne ne fait rien pour arranger les choses. C’est un peu bizarre comme impression.

On arrive à l’un des sites principaux de l’ile : la fabrique de moai. En fait, sur une petite colline rocheuse de l’ile se trouve de nombreux moai à moitié enterrés dans le sol. Il n’y a pas d’ordre à tout cela, c’est assez étrange. On comprend que ce sont les moai qui ne sont jamais arrivés jusqu’au bord de mer (pour on ne sait trop quelle raison) : en quelque sorte, nous sommes face à un cimetière de moai.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Il y a encore les formes d’un moai qui a commencé à être taillé dans la roche qui nous certifie bien que nous sommes à la fabrique. C’est assez impressionnant de se dire qu’ils étaient capables de tailler ce genre de chose. Même avec des outils modernes ce ne serait pas évident.

 Isla de Pascua
 Isla de Pascua

On repart pour un site que l’on nous a recommandé pour le lever du soleil : ce dernier se lève en effet derrière 15 moai qui tournent le dos à la mer. Bon on est loin de l’heure du levé du soleil mais c’est pas grave. Ce sont effectivement 15 énormes géants de pierre qui nous font face dont un avec un chapeau (sorte de bloc de pierre de couleur différente). On apprendra plus tard grâce à Adeline que ces 15 moai sont parmi les seuls rescapés de l’île, dans le sens où ils ont été remis debout par une asso japonaise. Apparemment il ne restait qu’un seul moai debout quand les continentaux sont arrivés (dû à une guerre inter-village). Quand on sait qu’il ne faut pas moins de 3 millions d’euros pour remettre un moai debout … ça explique tous ceux qui sont au sol. On lance l’idée avec les suissesses de revenir sur ce site plus tard pour voir le levé du soleil sur ces golems.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

On repart direction la seule plage de l’ile où trônent quelques moai eux aussi debout.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

C’est joli mais pour être franc tous les moai se ressemblent donc les voir perd de son charme à force. Aude et Mel en profiterons pour se tremper les pieds dans l’eau avant que l’on reparte pour la ville. Le soir on retrouvera Adeline et son mari qui nous expliquerons pas mal de chose sur les secrets de l’île.

♪♪♪ Petit interlude « mais quels sont les secrets de l’île ? » ♪♪♪

Encore une fois, merci Adeline !

Il faut savoir que les moai représentent des personnalités riches de l’époque qui les commandaient de leur vivant. Il fallait 3 ans pour amener le moai de la fabrique à la côte. Une fois la personne morte on mettait les restes de ce dernier derrière le fameux moai. Apparemment l’île était recouverte d’arbres mais à force de couper du bois pour faire rouler les moai, l’île s’est complètement déboisée (car les rapa nui ne s’inquiétaient pas de ne pas voir repousser d’arbres). La faute aux rats d’ailleurs qui mangeaient les graines et qui empechaient donc la repousse. Les Rapa Nui étaient jusqu’à 22 000 avant leur déclin dû à la guerre inter-clan qui les ravagea jusqu’à la venu des continentaux en 1870. Ils finirent au pire moment de leur histoire à 1 000 représentants - dû également à l’esclavage depuis la découverte de l’ile. Aujourd’hui, les Rapa Nui sont plus nombreux (l’île serait aujourd’hui peuplée de 11 000 personnes mais qui ne sont pas uniquement Rapa Nui) mais ils souffrent de malnutrition : leur alimentation est désastreuse, ils ne boivent que du coca ou de la bière (l’alcoolisme est un fléau dans l’île) et ne mange que très sucré ou très salé. Ils souffrent beaucoup de diabète et l’espérance de vie moyenne est de 55 ans ! C’est pire qu’à Madagascar !

♪♪♪ Fin du petit interlude « mais quels sont les secrets de l’île ? » ♪♪♪

Le lendemain on repart avec les filles en voiture pour aller voir cette fois-ci 2 autres sites : la fabrique de chapeau de moai et le point culminant de l’ile du haut duquel on est censé avoir une vue à 360° de l’île. Je vous passerai les détails de la fabrique de chapeau qui ne nous a pas appris grand-chose à part que, vu son emplacement vis-à-vis de la fabrique de moai, ça devait être un sacré travail de les rassembler (le chapeau est fait dans une roche différente du Moai, celle-ci est plus rouge, ce qui explique qu’ils ne sont pas fait au même endroit).

L’ascension du point culminant quand à lui se fait à pieds. 1h30 sous un soleil de plomb mais avec du vent, impossible de se découvrir sous peine de choper froids. Arrivé en haut, on s’arrêtera pour manger devant une vue fort sympathique : la mer et les nuages passant au dessus de nos têtes.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Une fois fini on devait voir des caves mais le chemin trop abimé nous a empêché d’y aller on a donc rebroussé chemin pour aller voir les derniers moai de la journée alors on roule … on roule … et on se retrouve en ville ?! On a pas compris ce qu’il s’est passé, on du raté quelque chose. Bon c’est pas grave tout le monde est fatigué, les filles en profiteront pour acheter des cartes postales et on se posera pour boire une mousse.

En attendant le soir et le coucher du soleil qui une fois de plus ne sera pas de la partie faute aux trop nombreux nuages.

Le lendemain on se lève à 6h pour le lever du soleil sur le fameux site des 15 moai. Ca pique et on est pas très frais quand les suissesses viennent nous chercher au camping. Bon allé, on emprunte la route de 30km qui mène aux 15 moai. Il fait nuit et Manue, qui conduit, fait très attention. Elle fait bien car on croisera une voiture avec les 4 roues en l’air (tout allait bien pour les passagers, je vous rassure) mais ça surprend quand même. Une fois arrivé sur place, on remarque qu’on est pas les seuls à avoir eu cette idée. Le soleil se lève malgré le fond nuageux et les couleurs se mettent à changer. C’est magnifique. Je laisse les photos parler d’elles mêmes.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua

Le spectacle aura duré une bonne heure. Une fois terminé on remarquera qu’Adeline était également là. On discutera avec eux une dernière fois avant leur départ : ils prennent le vol de 14h comme les suissesses.

Ce sera la fin de notre séjour avec Manue et Mel que l’on salue au passage. On passera l’après midi au camping à discuter avec la petite famille chilienne. Ils veulent faire un barbecue jeudi soir, on est d’accord et l’idée de manger de la viande nous plait beaucoup pour être franc ! Encore une charmante soirée de plus en leur compagnie.

 Isla de Pascua

Le lendemain la pluie aura été notre compagnon de la journée. On en profitera pour faire plus ample connaissance avec les résidents du camping : un japonais Takashi, David qui fait du woofing sur l’île et sa cousine en visite pour quelques jours ainsi que Mirta, Anjil et Claudio.

 Isla de Pascua

On finira par le fameux barbecue qui sera le clou de notre séjour sur l’ile. Très bonne soirée et enfin : on a mangé une vraie parilla maison !

♪♪♪ Petit interlude « qu’est-ce qu’on apporte lors d’un barbecue sur l’île de Pâques ?! » ♪♪♪

Et bien, on ne propose surtout pas de s’occuper de la salade ou des légumes !!! Et oui, c’est tellement cher qu’il vaut mieux ramener la viande ! Les autochtones cultivent souvent eux-mêmes leurs légumes donc c’est plus simples mais le propriétaire du camping nous a expliqué que bien souvent, ils se retrouvaient autour d’un barbecue avec de la viande et seulement du riz !

♪♪♪ Fin du petit interlude « qu’est-ce qu’on apporte lors d’un barbecue sur l’île de Pâques ?! » ♪♪♪

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua

Le lendemain matin Aude doit aller plonger, il y a moai sous l’eau à voir et ça lui permet de se remettre dans le bain avant la Nouvelle Calédonie (une photo vous le montre sur votre gauche mais ne cherchez pas, Aude n'y est pas). Après un an et demi sans plonger, elle appréhende un peu. Cette plongée ne fut pas fructueuse car elle a un peu paniqué à l’idée d’avoir oublié beaucoup de choses et elle n’a pas réussi à déboucher une oreille. Un peu dégoutée, elle prêtera sa GOPRO aux autres pour prendre des photos car le moniteur a oublié son appareil. Ce fut une riche idée car grâce à cela on ne lui a rien fait payer pour la séance et elle a pu voir ce qu’elle a loupé !

(note photos : à cause d’une cause d’une pêche intensive, les fonds marins de l’île de Pâques sont assez pauvres)


Ce jour là, une bonne partie des résidents du camping s’en iront pour retourner à Santiago, dont notre famille chilienne et Takashi. On les accompagnera à l’aéroport pour leur dire au revoir. Ce fut également l’occasion d’une petite photo finish. Mirta en bonne maman, nous a laissé qqs trucs à manger et grâce à elle on s’est fait un super gueuleton : guacamole, riz et fruits de mer avec du citron … Hummmm que ça fait du bien (et que ça change du sandwich !!!)

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

On essayera ensuite d’aller voir, à pieds cette fois-ci, les caves que nous avions raté. On nous dit qu’il faut 2h pour faire l’aller retour. GO ! On prend notre temps en longeant la côte sous un soleil de plomb. Le paysage est magnifique ! 2 chiens nous prendront en affection et nous suivront tout le long en faisant fuir les éventuels autres cabot voulant s’incruster.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua

En regardant la mer, j’aperçois une buse qui fonce dans ma direction et qui passe à 1m au dessus de ma tête. Amusant. Mais elle remet ça une autre fois. Bizarre. Puis encore une fois : merde elle m’attaque en fait ! Je me mets à flipper un peu en fait. J’ai pas compris exactement ce que j’avais pu faire mais bon, on avance plus loin. Le volatil s’en va et se pose sur un arbre à quelques centaines de mètres de là. Je me mets à filmer les vagues se fracasser sur les rochers et d’un seul coup, le rapace me repasse au dessus de la tête. Putain elle remet ça et là elle pique sur moi de nombreuses fois. OK c’est too much, je vais pas me faire crever un œil par un piaf. Je me casse et Aude se foutra bien de ma gueule ! Bon de toute façon il fait trop chaud et il se fait tard.

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua

Retour au camping et vu l’heure et le temps clément, on a le temps de prendre une douche et de partir voir le coucher du soleil avant d’aller au resto avec l’argent non dépensé pour la plongée. On va enfin pouvoir voir un coucher de soleil sur cette ile ! On part du camping et quand on arrive enfin sur le bord de mer le soleil montre son dernier rayon pendant 2 secondes avant d’être englouti par la ligne d’horizon. Nos douches ont été trop longues (je ne vise personne…)

On ne verra jamais de couché de soleil sur l’île … alors on va au resto qu’on nous a indiqué au camping. Et merde la carte nous plait pas et ça nous parait cher en plus. On repart direction d’un resto qu’on avait vu l’autre jour mais c’est loin et on a déjà pas mal marché dans la journée. Cette dernière ligne droite jusqu’au resto, après une semaine de sandwich thon/mayo, nous a paru interminable !! Mais on se régalera bien par la suite (même si un peu cher).

 Isla de Pascua Isla de Pascua

Dernière nuit sur l’ile des titans rocheux. Le lendemain, on range tout le mieux qu’on peut et direction l’aéroport où une dernière surprise nous attend : on a normalement 3 vols à prendre pour aller à Nouméa en Nouvelle-Calédonie, le 1er pour rentrer à Santiago, le 2eme pour aller à Sydney (qui fait une escale à Auckland) et le dernier pour Nouméa. En tout, c’est plus de 30h d’avion qui nous attendent !! Mais selon le personnel de l’aéroport, notre vol pour Sydney a été reporté au lendemain et c’est pourquoi je vous écris ces dernières lignes depuis le Crowne Plaza à Santiago, hotel de luxe 4 étoiles payé par la compagnie aérienne. On ne sait pas encore quand on arrivera à Nouméa mais on repart demain à 15h pour Auckland, ça c’est sur. On verra la suite demain pour savoir combien de temps de retard nous allons avoir pour notre arrivée à Nouméa J (et au passage le Wifi de l’hotel coute 12$ on ne pourra donc pas poster tout cela ici, trop cher)

♪♪♪ Petit interlude « L’île de Pâques pratique » ♪♪♪

  • Le billet pour visiter le village d’Orongo et 2 autres sites sur l’île est à prendre directement en sortant de l’avion car il est moins cher.
  • Comme nous l’avons évoqué plus haut, faire ses courses sur l’île coûte cher. Prévoir donc ses courses !

A savoir que les vols LAN qui font Santiago – Ile de pâques autorisent 2 bagages de 23kg par personne (mais c’est pas très bien expliqué). Le mieux consiste donc à prendre soit une valise supplémentaire ou bien un carton pour y stocker vos vivres.

  • Le camping Tipanie est le moins de l’île : 4 500 pesos par tente (contre 5 000 pesos pour les autres campings) avec douche eau chaude + cuisine équipée + ambiance familiale et conviviale !
  • La location d’une voiture coûte 30 000 pesos par jour
  • Bien prévoir son eau quand on sort du village car il n’y a pas d’autre point d’eau potable sur l’île
  • Bien prévoir également un chapeau car il y a très peu d’ombre !! (et le soleil tape)
  • Le camping sauvage est interdit sur l’île. Il peut néanmoins être autorisé lorsqu’on demande gentiment la permission au gardien du parc. A la tête du client, ils peuvent te proposer de planter ta tente dans le jardin d’un garde sur les autres sites de l’île. (demander au gardien de passer un coup de fil pour savoir si c’est possible)

♪♪♪ Fin du petit interlude « L’île de Pâques pratique » ♪♪♪

Bon voilà ce sera tout pour le Chili. Par contre ceux qui s'attendent à avoir une vidéo autre qu'un bon vieux RickRoll ben va falloir attendre, tout est prêt mais internet est vraiment pourri depuis qu'on est parti de l'amérique latine. Patience et bises à tou

PS : on est all voir un spectacle de danse "folklorique" RapaNui ... bon moi j'ai trouvé ça risible et leurs ancêtres doivent se retourner dans leur tombe en les voyant mais les filles ont aimé les danseurs alors voici les photos

 Isla de Pascua Isla de Pascua Isla de Pascua
 Isla de Pascua

PS2 : et voici le packaging le plus moche du monde :-)

Tag(s) : #Chili