Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hola todos,

Como estan ??

Nous, la banane, comme toujours :-)

Aujourd’hui, on va vous raconter notre histoire avec la Patagonie.

La Patagonie … Pour moi, ce mot signifiait à lui seul le bout du monde, où il y fait très froid, avec de grosses montagnes, des lacs bleus, une sorte d’endroit quasi inaccessible …

… Et c’est pourtant, tout simplement, en bus, après 20h de trajet, que nous arrivons à El Calafate.

Je dois avouer que j'attendais beaucoup cette étape. Car au delà de ce qu'elle représente pour moi, cela signifiait aussi "défi physique" car nous allons nous lancer dans des treks de plusieurs jours en montagne (et vous connaissez tous mon enthousiasme pour tout ce qui est sportif ...). Et la Patagonie semble être l’endroit rêvé pour les puceaux trekeurs que nous sommes.

Nous avons choisi de dormir dans un des campings de la ville, au bord d’une rivière. On commence à être rodé niveau montage et organisation de la tente et c’est donc assez rapidement que nous installons notre campement ! Par contre, on a cru comprendre que dans le coin, les nuits sont fraîches, nous décidons donc de nous préparer afin de passer une bonne nuit : couverture de survie par terre pour nous isoler du sol, vêtements techniques sur nous, bonnet, toujours pas de drap de soie pour moi car impossible d'en trouver un autre … Resto au chaud où l’on mangera une bonne parilla (viande grillée). Et tout se passera bien, même pas froid !

Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)

Le lendemain, nous décidons d’aller voir El Perito Moreno, à 80km de El Calafate.

Qu’est-ce c’est que ce machin ? C’est un énorme glacier de 250km², long de 30km et haut de 60m. Ce machin justement est … W A O U H !!!! C’est vrai que c’est l’attraction touristique du coin mais franchement, ça vaut le coup. C’est scotchant / impressionnant / et on se sent tout petit face à ce géant de glace qui grince et laisse tomber, avec fracas, des icebergs dans le lac en lâchant un bruit de tonnerre à chaque décrochage de glace.

Bien entendu, avec notre chance légendaire, nous commençons notre journée dans le froid et sous la flotte. Mais vers midi, le soleil pointe le bout de son nez et on se rend compte de toute la magie du lieu. Le glacier et les icebergs sont super bleus et les nuages se reflètent dans le lac, c’est hyper beau.

Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)

♪♪♪ Petit interlude "culture du froid" : Pourquoi la glace des icebergs et des glaciers est-elle majoritairement bleue ? ♪♪♪

En fait la réponse est relativement simple : la glace est constituée d'eau, elle contient donc de l'hydrogène et de l'oxygène (H²O pour ceux dont les cours de chimie remontent à loin), elle se compresse avec le temps et perd une bonne partie de son oxygène. Les propriétés de réfraction de cette glace "compressée" sont de ce fait différentes et la lumière passant au travers également (je n'ai pas cherché la longueur d'onde émise et autres subtilités de ce genre, je vous laisse faire), cela rend au final de la glace bleue. Donc pour résumer : plus la glace est bleue plus elle est vieille.

♪♪♪ Fin du petit interlude "culture du froid" : Pourquoi la glace des icebergs et des glaciers est-elle majoritairement bleue ? ♪♪♪

Petit raté sur le panoramix mais ça vous donne tout de même une bonne vision globale du site !

Petit raté sur le panoramix mais ça vous donne tout de même une bonne vision globale du site !

Et la vue par beau temps ... C'est mieux !

Et la vue par beau temps ... C'est mieux !

On se fera tout le chemin balisé dans la journée ce qui nous aura permis de voir le glacier sous différents angles. On aura également été jusqu’à une sorte de « cimetière » d’icebergs un peu plus loin du glacier. C’est là où tous les icebergs, échappés du glacier, viennent finir leur course. Et là aussi, c’est super beau. Je vous laisse voir les photos.
Inutile de dire qu’on aura passé une bonne journée et c’est tout content que nous allons prendre notre bus pour notre prochaine étape : El Chalten.

Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)

El Chalten est la ville point de départ pour aller voir le fabuleux mont Fitz Roy. C’est ici que nous allons faire notre première expérience de trek en autonomie pendant 2 jours. Et qui dit autonomie dit "tu prévois tout et tu portes tout" : nourriture, couchage, vêtements (arf !)… Notre première journée à El Chalten aura donc été dédiée à l’organisation des 2 jours qui allaient suivre. Dehors le vent souffle à 105 km/h et toute sortie à l’extérieur nous coûte car il faut vraiment lutter pour avancer.

Notre check list est la suivante :

  • Faire des courses. Ça sera sandwichs pour les 2 midi et pâtes et soupe pour le soir lorsque nous serons au campement,
  • Vider nos gros sacs pour ne prendre que le nécessaire et laisser le reste à l’hôtel,
  • Prévoir ses différentes couches de vêtements, notamment pour être au chaud et au sec après la journée de marche,
  • Préparer la nuit. Pour ce dernier point, nous nous sommes tout de suite dit qu’il nous fallait des duvets plus costauds que les nôtres. Nous avons donc décidé d’en louer afin de nous permettre d’aller jusqu’à -12°C (le mien puait par contre…)

Manu portera la tente / le réchaud + le gaz / la popote / un duvet / 2L d’eau en gourde.

Pour ma part, j’aurai un duvet / les matelas / la bouffe / 2L d’eau en bouteille (l'eau est potable, car elle vient directement des montagnes / glaciers, nous n'emporterons donc pas plus de liquide).

Nous devons avoir entre 7 et 9 kg sur le dos.

Petite rencontre sympathique pendant nos courses alimentaires : des français,Alexandre et Estelle ainsi que leurs 2 enfants Louise et Georges qui font également un tour du monde. On sympathisera et on sera amené à se recroiser par la suite (cette histoire sera pour un prochain article)

Le jour J, le vent est bien moins féroce que la veille et le thermomètre affiche 7°C. Le ciel est très couvert mais on s’en fout un peu, nous nous disons que même si nous ne voyons pas grand-chose, la balade vaudra quand même le coup. Notre hôtel nous a conseillé de commencer la rando par le nord du parc car plus facile …. OK ! Après un transfert en voiture jusqu’au nord, nous commençons à marcher à 9h et notre objectif est le campamento Poincenot. Il est censé être à 3h de marche (je dis bien « censé » car je me méfies maintenant de leurs délais) et c’est là que nous devons établir notre campement.
Il faut vous rappeler que l’Argentine sort tout juste de l’hiver. C’est donc dans une foret très … morte que nous commençons notre balade. C’est très bizarre d’ailleurs car on dirait qu’une tempête est passée par là tellement il y a d’arbres morts à terre. Très Tim Burton je trouve. Néanmoins, en y regardant bien, on voit apparaître qqs bourgeons sur les arbres encore debout. On croisera dans cette foret qqs touristes, 3 chevaux et 3 piverts qui étaient en train de s’acharner sur un pauvre tronc d’arbre (très drôle le bruit que ça fait d'ailleurs) !

Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)

Au fur et à mesure de notre avancée, nous voyons apparaître un glacier de l’autre coté de la rive. Le soleil pointe même le bout de son nez par moment !! Même si les montagnes sont toujours bouchées, les paysages sont super beaux et il y a vraiment beaucoup de couleurs différentes. Ça vaut vraiment le coup de suer !!

Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)

Après 3h de marche (bon ok j’ai été médisante, pour une fois, ils avaient raison), nous posons les sacs à terre, non sans un certain soulagement, et nous montons la tente. Après une petite pause où nous en avons profité pour manger, nous nous lançons, plus légers, dans la partie difficile du trek : la laguna de los tres qui après 1h30 de montée doit nous permettre d’avoir un magnifique point de vue sur le Fitz Roy. En chemin, nous croisons un mec qui était avec nous à l’hotel et il nous conseille d’aller voir le glacier de plus prêt. OK changement de plan, on reporte la laguna à plus tard et nous nous dirigeons vers El glaciar de las piedras blancas. Le mec nous a quand même mis en garde sur l’état du chemin et il nous dit qu’il faut se repérer aux pierres qui sont empilées les unes sur les autres (balisage pratique et peu couteux !). Effectivement le chemin n’est pas en très bon état et il faut faire gaffe où on marche pour ne pas se péter une cheville (surtout qu’il n’y a pas de secours et qu’on est vraiment tous seuls !!). Nous longeons le lit de la rivière et après 1h de marche nous arrivons non loin du glacier. Une petite lagune semble être à ses pieds et nous décidons de nous approcher. Mais pour cela nous allons devoir faire un peu d’escalades car de grosses pierres nous barrent le chemin !!

Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)

Le retour se fera sous une fine pluie et le ciel semble se couvrir de nouveau. Notre escalade nous a bien cassé et nous n’avons plus trop la motivation de faire 1h30 de côte pour atteindre la laguna de los tres. Surtout qu’on risque de ne pas avoir une super vue car nous ne voyons toujours pas les sommets des montagnes.

On décide donc de se rentrer à notre campement et de se faire un bon thé bien chaud pour se réchauffer ! C’est qu’on se les caille vite quand on s’arrête de marcher !!! On ne tardera pas non plus à se faire à manger car après 6h de marche, on a faim !! Manu s’occupe de nous faire la popote, moi je vais nous chercher de l’eau à la source ! On se fait un « magnifique » repas : soupe de potiron avec des pâtes à l’intérieur et 2 tranches de salami. Et bien, c’est pas si ragoutant, ça tient au corps et c’est chaud :-)

Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)Star Trek into Patagonia (part 1)

C’est alors que les nuages ont décidé de petit à petit se diciper. Et là quelle récompense d’être là en camping sauvage alors qu’il fait bien froid. Se dresse devant nous le Fitz Roy. Ce mont qui était toute la journée si proche de nous mais que nous n’avions jusqu’à maintenant pas encore aperçu. Là encore W A O U H !!! Le soleil commence à se coucher, le ciel prend des couleurs rose, orange, violet ! C’est magnifique !!! Et dire que nous sommes seulement 3 tentes à profiter de ce spectacle ! On se sent un peu comme des privilégiés. C’est alors qu’arrive une nana, en short, chargée comme nous et équipée de Quechua. En 2 secondes (ahahah), on comprend qu’elle est française ! Manu l’aide à monter sa tente et elle vient s’installer avec nous pour profiter de cette magnifique vue.

Le mont Fitz RoyLe mont Fitz RoyLe mont Fitz Roy
Le mont Fitz RoyLe mont Fitz RoyLe mont Fitz Roy

Le mont Fitz Roy

Star Trek into Patagonia (part 1)

Une fois le soleil totalement couché, on sent tout de suite que la nuit va être glaciale. Après un petit pipi sauvage, on ne tarde pas à se mettre chacun dans son duvet pour se réchauffer. Avec Julie (la française), on a convenu de se lever à 5h afin d’aller à la laguna de los tres pour voir le soleil se lever sur le mont Fitz Roy (motivés les mecs je vous l’accorde). Mais ça, c’était sans savoir que nous allions passer une nuit toute pourrie. Le vent s’est en effet levé ce qui a fait chuter la température. Même dans nos duvets à -12°C, nous n’avions pas chaud. Le sol était très froid et j’avais comme des sueurs froides. J’ai l’impression d’avoir très peu dormi (et c’est moi qui dis ça hein donc imaginez les conditions). Quand le réveil sonne à 5h, on a l’impression que le vent a redoublé … La nana de l’hotel nous avait en plus dit que la partie qui menait à la laguna n’était pas protégée du vent. Après un rapide « bon, qu’est-ce qu’on fait ? », on décide de rester à l’abri, dans notre tente et notre duvet. On se réveillera vers 7h en se demandant si Julie est quand même partie. Manu se lève en premier et me dit en sortant la tente : "IL NEIGE (pas énormément mais y’a des flocons) !!!!" Ah ouais quand même ! Il ne semble pas avoir âme qui vive autour de la tente de Julie. On décide de remballer nos affaires pour prendre le chemin du retour (et être actif car il faisait vraiment froid). Nous avions presque terminé de tout ranger lorsque Julie pointe le bout de son nez à sa tente. Elle non plus n’a pas voulu aller à la laguna, trop dangereux vu les conditions ! On décide donc de l’attendre et nous repartons tous les 3 vers la laguna capri et puis la ville. Notre boucle devait à la base être plus longue mais vu les conditions, nous ne préférons pas tenter le diable. Le ciel est complètement bouché, les couleurs sont assez grises, ce qui rend l’intérêt de la balade un peu plus limité !

Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...
Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...
Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...

Sur la première photo, nous aurions du voir le mont Fitz Roy ...

Il nous faudra 1h45 pour rejoindre la laguna capri, puis 1h15 de plus pour atteindre El Chalten. La fin m’a paru un peu longue car c’était que de la descente et y’avait des marches assez hautes. Nous sommes ensuite retournés à l’hotel afin de récupérer nos affaires, prendre une bonne douche chaude, refaire nos sacs et attendre l’heure de prendre le bus qui nous ramènera jusqu’à El Calafate. (bon OK on a failli perdre le ticket de bus pour le retour mais après avoir défait et refait nos sacs, on s’est apperçu qu’on l’avait laisser avec la bouffe … Normal quoi !)

Pour la suite, Julie a le même programme que nous : passer la frontière pour aller voir la Patagonie chilienne ! On décide donc de faire un petit bout de chemin ensemble. On chope donc le même bus pour Puerto Natales (Chili).

Arrive ensuite le moment de notre dernier soir en Argentine. Pour "marquer l’coup", on va au resto avec Julie. Après 37 jours passés à traverser le pays, notre dernier repas sera …. UN SANDWICH !!! Mais cette fois, il a une autre tête que notre éternel jamon y queso : c’est un lomito completo pour manu (filet de bœuf, jambon, œuf, salade, tomate, fromage) et un cordero completo pour moi (morceau de mouton, oignon, brie, tomate, salade) !! Trop bon ;-)

Nous nous couchons ravis d’être au chaud et dans un vrai lit et nous tombons rapidement dans les bras de Morphée.

Demain, nous passons la frontière chilienne !! J’ai hâte de découvrir la suite :-))

On vous embrasse bien fort.
(Et encore merci pour tous vos commentaires qui nous font hyper plaisir !!!!!)

♪♪♪ Petit interlude de fin sur la climatisation des bus ♪♪♪

J’ai envie de vous parler (moi Manu) des bus en Argentine, et en particulier leur système de régulation de température. Aujourd’hui en France pour avoir la température qu’on veut on choisi sur un cadran digital et la clim s’occupe du reste : en fonction de la température de la pièce elle va s’auto gérer, rajouter du froid ou du chaud en fonction. Ici c’est pas comme ça.

J’ai envie de commencer pour vous expliquer par une petite analogie avec la robinetterie. Avant pour avoir de l’eau à une température donnée on ouvrait le robinet d’eau chaude puis celui d’eau froide pour temporiser la chaleur apportée et maintenant on a un mélangeur qui fait ça tout seul. Et bien la clim ici c’est pareil : il y a d’un côté un circuit de chauffage et de l’autre un circuit de clim qui sont apparemment tous les 2 commandées manuellement. Ca donne des trucs assez étrange et assez pénible : ce n’est jamais la bonne température. La plupart du temps le chauffage est enclenché et d’un seul coup la clim se met en marche à fond. Et ils ne savent pas faire souffler légèrement, tu as un énorme courant d’air glacée qui t’attaque. Les bus étant équipés de thermomètre on peut même voir celle dernière chuter en direct. La dernière fois on est passé de 25° à 15° en 1 minute. Dans l’autre sens c’est la même, s’il fait trop froid ben c’est pas grave on coupe la clim et chauffage à fond. C’est un système vraiment très con. Je pense que si un des lecteurs travaille dans le milieu des climatiseurs il y a du potentiel vu le nombre de bus roulant sur les routes argentine.

♪♪♪ Fin du petit interlude de fin sur la climatisation des bus ♪♪♪

Et v'la le petit film :-) :

Et pour les plus curieux ci dessous les traces GPS qu'on a fait pendant notre trek (je rappel que mon GPS est vraiment pourri, ce n'est donc pas au mètre près)

Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)
Star Trek into Patagonia (part 1)
Tag(s) : #Argentine